NWH vs BBC, quand les hacktivistes anti-Daesh s’en prennent au plus grand média britannique

Le site de la BBC pendant l’attaque.

Voilà ce que les internautes voulant visiter le site de la BBC pouvaient voir jeudi dernier, à partir de 7h et ce pendant trois heures et demie. Il ne s’agissait pas d’un problème technique comme le justifiait d’abord le Twitter de la chaîne mais bien d’une attaque DDoS revendiquée deux jours plus tard par les hackers de New World Hackers.

La conversation entre le service informatique de la BBC et les hackers revendiquant l’attaque.

Si la BBC a décidé de ne pas communiquer sur l’incident, c’est son journaliste spécialiste des nouvelles technologies Rory Cellan-Jones qui a expliqué de quoi il était question sur son Twitter.

Un premier test avant de s’en prendre à Daesh

D’après les pirates, le but n’était pas de neutraliser le site de la BBC mais bien de tester la puissance de leurs serveurs, dans le but de s’attaquer aux plateformes en ligne de Daesh. Le leader des hacktivistes, Ownz, a expliqué avoir utilisé un outil appelé Bangstresser pour submerger les serveurs de la BBC de requêtes jusqu’à ce qu’ils disfonctionnent. Il n’était pas prévu que ce « test » dure aussi longtemps mais l’équipe avait sous-estimé la puissance de ses serveurs, comme l’explique NWH dans cette interview au site Real Forums.

Le groupe de hackers, basé à New-York et formé entre 2012 et 2013, est composé de huit hommes et quatre femmes. Il ne s’est pas fait prier pour se vanter de son coup d’éclat, dans le but de se faire de la publicité. Soutien du mouvement Anonymous, comme il l’explique au site anonintelgroup, NWH s’était déjà fait connaître en attaquant des sites liés au Ku Klux Klan et en attaquant le site de campagne du candidat républicain Donald Trump, qu’ils trouvent « raciste », comme le rappelle le site hackread. Ils ont également dévoilé une liste de noms de pédophiles, avec des captures d’écran de conversations où ils se faisaient passer pour des adolescentes, et fermé un site pédophile sur le Dark web. Ils auraient également fermé le site jihadiste jahadmin.com selon leurs dires.

 

« Nous réalisons parfois que ce que nous faisons n’est pas toujours le meilleur choix, mais sans les cyber hackers… Qui reste-t-il pour combattre les terroristes en ligne ? »  se sont justifiés les hackers.

Riwan MARHIC.

Tagged as: , ,

Leave a Response