Snapchat, Whatsapp : les médias à l’assaut des apps de messagerie pour smartphones

En cette nouvelle année, la chaîne NBC Sports vient de lancer son compte Snapchat à l’occasion de la transformation du Gillette Stadium en terrain de hockey. Le média dévoilera à tous les fans de sports les dessous de la compétition Winter Classic via cette app de messagerie. Snapchat tout comme Whatsapp est de plus en plus utilisée par les médias, intéressés par ces nouveaux moyens de communication.

Septembre 2014. Le référendum à propos de l’indépendance de l’Écosse anime les débats au Royaume-Uni. Channel 4 profite de cet événement politique pour utiliser Snapchat (une application pour envoyer des photos et vidéos éphémères) et Whatsapp (appli de messagerie instantanée). Alertes infos, analyses et contenus plus légers : Channel 4 fait tout pour attirer les lecteurs et internautes plutôt que de voir leurs publications se perdre dans les timelines Twitter et Facebook. Ils bombardent les utilisateurs de textes, vidéos et photos sur ces deux applications au nombre d’utilisateurs de plus en plus important.

Channel 4 sur Snapchat

Whatsapp : un intérêt journalistique? La BBC primée pour son utilisation. En France, Libé se lance.

La BBC avait déjà expérimenté cette technique de storytelling journalistique via Whatsapp (900 millions d’utilisateurs par mois) pour informer sur l’évolution des élections en Inde (2014) ou encore celle du virus Ebola en Afrique de l’Ouest (Février 2015). Pour la couverture de l’épidémie, la BBC a remporté le prix du journalisme en ligne du service public. L’application largement répandue transmettait en anglais et français des infographies, textes et clips audio pour faire passer des informations sur la maladie (comment se transmet-elle? où trouver de l’aide? etc.). Un succès qui crédibilise l’intérêt journalistique de cet outil qui commence à se répandre petit à petit dans les médias.

Côté français, Libération tente le coup pour le premier et second tour des régionales en décembre dernier. « En Espagne ou au Brésil, 30% des internautes l’utilisent ainsi. WhatsApp a joué un rôle important dans les élections au Brésil. » explique Libé qui affirme via une étude Reuters Institute que l’application est utilisée par 9% des internautes dans le monde.

Avec plus de 2200 demandes pour suivre les élections régionales en France, Libé a tout de même constaté plusieurs contraintes notamment techniques : l’ajout de chaque contact un par un, la difficulté d’angler sachant que le public est très varié, la nécessité d’innover les formats. Tout ça prend beaucoup de temps et les retombées économiques ne sont pas immédiates.

Un intérêt publicitaire

Malgré ces difficultés (présentes également sur Snapchat), les médias français sont tout de même très intéressés par cette nouvelle mode de l’app de messagerie mobile. Après le succès de CNN, Vice et Buzzfeed sur Snapchat Discover (des médias partenaires de l’application), les titres français tels que Le Monde ou encore Le Parisien, sont en passe d’investir dans l’application pour toucher un public jeune.

Avec Whatsapp, Snapchat est un support attractif et surtout un moyen pour ces médias de faire leur propre publicité. D’après les médias initiateurs du mouvement, ce sont surtout des adolescents qui sont présents sur ces apps et ne consomment pas ailleurs que sur celles-ci.

Mais elles représentent une partie importante de leurs internautes et c’est une équipe qui doit gérer la plupart du temps ces réseaux sociaux.

En France, Snapchat et Whatsapp sont les 7 et 8e réseaux sociaux les plus utilisés avec respectivement 5,3 et 3,9 millions d’utilisateurs.

Un filon important donc pour les médias mais dont l’intérêt publicitaire semble primer sur celui journalistique.

Manon Le Roy Le Marrec

Leave a Response