Les robots à l’assault du journalisme

Présents depuis déjà plusieurs années aux Etats-Unis, les algorithmes s’installent peu à peu dans le paysage médiatique français. En France, lors des régionales plusieurs journaux tels que le Monde ou encore les Échos ont décidé de les utiliser. Une innovation révolutionne le journalisme.

Un robot en train d’écrire.

Des robots qui écrivent des articles, l’information fait sourire. Pourtant, c’est ce qui s’est passé lors des régionales. Les cartes des résultats produites par le journal le Monde  n’ont pas été réalisées par des journalistes.

La révolution est en marche depuis déjà quelques années aux Etats-Unis. Des algorithmes génèrent des processus automatisés appelés robots, et capables de publier en ligne de courts articles à partir de données.  Ils sont pour l’heure surtout utilisés pour les alertes. Le Los Angeles Time, pionnier dans le journalisme robotisé, utilise un robot qui publie un article dés lors qu’un tremblement de terre d’une magnitude supérieure à 3,0 secoue le sud de la Californie.

Des robots producteurs de contenu

Mais les robots ne se contentent pas de publier des articles. Grâce à la start up israélienne Wibbitz, ils sont capables de transformer des articles en contenus multimédias. Le logiciel de analyse les textes et n’en retient que quelques points essentiels qu’une voix lit. Puis il va chercher des images d’illustration pour accompagner cette lecture, qui ne dépasse jamais deux minutes. L’application est déjà disponible en version anglaise sur l’apple store.

Vers un journalisme sans journalistes?

Les robots sont présentés comme des outils fait pour aider les journalistes. Un moyen de les décharger des tâches répétitives afin qu’ils puissent se concentrer sur le reste. Pourtant, c’est aussi un moyen de se passer des journalistes. Selon les échos, l’utilisation de robots lors des deux soirées électorales, a couté seulement entre 20 000 et 40000 euros.  La définition du média  prend aujourd’hui une nouvelle forme.Avec l’application Newsbeat lancé par la Tribune Company, un robot est en mesure de vous lire le journal.  Seule l’information brute est nécessaire, pour tout le reste, il y a désormais une application. Une nouvelle qui suscite des inquiétudes quant à l’avenir des médias. Selon le journal le soir, en 2020, 90% des news seront générés par des robots. Le Fond hollandais pour le journalisme s’est intéressé aux répercussions de ces innovation sur le journalisme. Ils ont réalisées quatre hypothèses peu rassurante pour l’avenir du paysage médiatique. Alors que déjà en 2013, un(e) journaliste web publiait anonymement une tribune:  » Je n’avais pas signé pour ce journalisme web » afin de dénoncer l’explosion des modes de fonctionnement des rédactions web.

Les robots sont aussi vivement critiqué à causes  des questions éthiques que leur utilisation soulève.  Et notamment la vérification des données traités par les robots qui relèvent de choix qui peuvent être remis en question.

 

Tagged as: , ,

Leave a Response